Croisière plongée en thailande phuket et khaolakCroisière plongée Phuket et Khaolak

Le plaisir est souvent déclenché par l’un ou plusieurs de nos sens. A l’avant de Bunmee 3, je fixe l’horizon qui avance constamment devant moi en m’éloignant peu à peu de la côte. Je reste attentif aux formes des vagues, à la perspective des lignes que forment les quelques nuages, aux couleurs vives que le soleil m’offre, aux sons des flots qui caressent la coque du bateau, au parfum du sel sur ma peau... Dive now !
Devis voyages plongée

Reportages voyages

Voyage plongée Indonésie : Bunaken, miracle indonésien

voyage plongée indonésie
Alors que j’essaye de me faufiler silencieusement entre les racines enchevêtrées des palétuviers de la mangrove, pour approcher au mieux un banc de poissons juvéniles, une aigrette vient se poser sur une branche. Tout est nature ici, empli de calme et de sérénité. Le grincement des branches qui se frottent entre elles, rend l’ambiance encore plus particulière, dans cette eau verte à trente degrés. Le léger courant à marée montante déplace légèrement mon corps recouvert de feuilles...

Après cette immersion de réadaptation dans les eaux indonésiennes, James, mon guide particulièrement attentionné durant ce séjour me propose trois plongées : « Tiwoho reef » pour les poissons-fantômes arlequins, « Peter’s point » pour les hippocampes et « Kathrin point » pour les poissons mandarins. En plus des poissons-clowns dans les anémones, des crevettes nettoyeuses sur les murènes, des crabes des crinoïdes, des nudibranches, toutes les promesses sont au rendez-vous dans dix mètres d’eau. Avec quelques plus non prévus. Nous voyons pas moins de trois couples de poissons-fantômes arlequins, cinq hippocampes et, entre dix sept et dix huit heures, moment propice à cela, une dizaine de parades nuptiales de poissons mandarins. Ces instants, toujours rares et magiques, illuminent mon regard et me confortent dans le fait de plus en plus évident que l’art est dans la nature. James semble aussi satisfait que moi par les photos. Complicité de deux personnes de culture différente avec, comme lien, une même passion, l’observation d’animaux rares. Et la mer des Moluques est un lieu privilégié pour cela.

voyage plongée indonésie    plongée bunaken    plongée indonésie    séjour plongée indonésie    séjour plongée indonésie

Au lieu dit « Black rock », je vis des minutes sympathiques. Alors que je m’approche d’une superbe anémone au manteau vert vif, un poisson-clown vient buter à plusieurs reprises sur mon masque. Je sens une demoiselle qui me mordille le mollet droit car, apparemment, elle n’aime pas la couleur de mes palmes. Une petite murène jaune se faufile entre mon détendeur et mon appareil photo. Enfin, une autre me mordille le bout du doigt. Décidément, je dérange et décide donc de quitter les lieux. Il est des moments où il faut accepter que l’homme n’a plus sa place dans la nature. A l’ouest de l’île de Bunaken, à quinze minutes de l’hôtel Santika, le paysage sous-marin change. Le tombant de « Fukui point » et de « Likuan » (1, 2 et 3), plonge du récif corallien très riche en couleurs vers le bleu abyssal jusqu’au sable, avec un plateau à quarante mètres. Puis, çà continue bien plus profond… Là, des platax par dizaines, se promènent dans le bleu. Une grosse tortue placide se vautre dans une éponge-barrique, en quête de nourriture, avec ses fidèles rémoras sur la carapace. Les coraux tabulaires semblent en très bonne santé. Les gorgones et les alcyonaires colorés renforcent la beauté du lieu.

A l’est de l’île, à « Satiko », James me montre un grand banc de lutjans. Il est difficile de ne pas voir les milliers de balistes bleus juvéniles qui, pendant nos soixante minutes de plongée, se déplacent au raz des coraux. Une migration ? Vers je ne sais où. Au passage, quatre tortues et trois Napoléons dont un de taille conséquente, croisent notre chemin. Le volcan Manado Tua, inactif depuis longtemps, se dresse omniprésent devant la fenêtre de notre chambre. Au zénith, il se dresse fier sur l’horizon. Au couchant, il se fraye un chemin parmi les quelques nuages pour nous offrir son panache cotonneux. Sa silhouette est le symbole de Bunaken.  Son sommet se gravit en trois heures de marche sportive avec un départ au petit matin. A ses pieds, sous la surface à « Coffee corner », le fort courant nous entraine parmi les carangues en chasse. Cinq gros barracudas semblent maîtriser les lieux de leur nage immobile. Ils signent la toute puissance de l’océan.

plongée bunaken        plongée asie    croisière plongée indonésie

Déjeuner dans l’enceinte du « Thalassa Dive Resort » qui mérite bien ses cinq étoiles IDC par PADI. Ici, on ne porte pas son matériel et il est rincé par le staff. Eau potable et serviettes sont fournies. Et avec le sourire en plus (le retour en France va être difficile !). James, comme les autres guides, prend beaucoup de plaisir à nous faire découvrir les créatures rares de la région. Comme d’ailleurs à « Black rock » où je peux photographier des poissons-feuilles et encore les superbes poissons-mandarins : décidément ! Le miracle du beau.

Pendant le séjour, avec mon binôme Hélène, nous décidons de plonger à « Molas wreck » où une belle épave nous attend, posée très droite sur le sable à quarante mètres. Les superstructures encore bien présentes se dessinent malgré l’eau un peu chargée. En acceptant gentiment de me servir de modèle, elle me permet aussi d’évaluer la longueur du bateau, la hauteur du gouvernail et des hélices. Prise de conscience des perspectives. Comme avec la « Camera obscura » déjà décrite au IVème siècle par Aristote et reprise par Léonard de Vinci dans l’Italie de la Renaissance, je tente de recréer les paysages sous-marins étranges parmi les méandres de mon cerveau. Au loin, là où mon regard se perd, les images sont floues. Puis peu à peu, ma vision s’habitue à la transparence du bleu pour devenir particulièrement nette en macrophotographie. La vivacité des couleurs m’aide à préciser ma pensée et à me concentrer sur des sujets variés.

indonésie    plonger en indonésie    plongée à bunaken    plonger en indonesie    voyage indonesie

Mon cerveau effectue la correction nécessaire à une bonne interprétation, précise et lumineuse. En transformant le rêve en réalité, les animaux sous-marins me deviennent de plus en plus familiers. Au milieu de ce séjour plongée, je consacre une journée pour visiter la région nord de l’île Sulawesi. J’en profite pour désaturer et reposer un peu mes oreilles. C’est un bon moyen aussi pour mieux approcher le pays et les gens qui y vivent. Attitude indispensable à mon sens, pour connaître le monde, sous-marin et terrestre. Ainsi, modestement, j’ai l’impression d’avoir une connaissance plus globale de la planète terre… Je me laisse envoûter par le vent omniprésent, les rizières à perte de vue, les maisons sur pilotis avec des volcans en toile de fond. Les odeurs fortes des cigarettes Kretek se faufilent entre les bananiers, les girofliers, les palmiers présents jusqu’à trois cent mètres d’altitude, pour remplir mes narines avides de souvenirs. Mes papilles se souviennent des petits piments rouges vendus au bord de la route où se côtoient insouciants les enfants, les chiens et les poules. Quelques coqs attendent leur prochain combat. Les scooters-taxis (taksi, en indonésien) slaloment avec virtuosité entre les voitures et les ornières. J’en aperçois un avec cinq passagers qui se gare près d’un étal en bois, où est vendu l’essence dans des bouteilles de coca-cola.

Une église démesurément grande pour le village que nous traversons est en construction avec des échafaudages en bambous. Un peu plus loin, une mosquée semble tout aussi importante. Plusieurs charrettes à bœufs attendent leur chargement de tek près d’un chantier de bateaux en bois. Un groupe de travailleurs des champs s’alimente près d’une minuscule boutique sur roulettes. Ils sourient et me gratifient d’un bonjour chaleureux. Peu de temps après, trois jeunes étudiantes en uniforme rouge et blanc me demande la permission d’être photographiées en ma compagnie. J’accepte bien volontiers de passer de l’autre côté de l’objectif. Au village de Tinoor à cinq cent mètres d’altitude, nous profitons avec mes amis, d’une vue imprenable sur Manado et le nord-ouest de l’île Sulawesi. Nous savourons une halte au marché traditionnel de la petite ville fleurie de Tomohon entre deux volcans encore en activité, Lokon et Mahawu : intensité des sensations. Ames sensibles s’abstenir…
 
bunaken    voyage en indonésie    sejour indonésie    

Près du lac Linouw, les quelques bulles qui s’échappent du fond prouvent bien que la terre vie sous nos pieds. Aujourd’hui, les eaux sont vertes mais elles peuvent être bleues ou rouges selon les jours. Au village de Woloan, nous visitons des maisons traditionnelles en bois « Rumah adat », entièrement démontables, après avoir croisé cacao, café, vanille, cannelle et des plantations d’ananas. Rencontre de l’exotisme, à chaque minute, dans cette région de Minahasa. Le miracle du bon.

Je sais ici apprécier le changement pour une vie plus intense et m’offrir la lenteur de l’Asie car le temps gagne à favoriser les expériences heureuses comme la caresse des soleils humides, le coup de foudre pour les verts multiples, le rythme contagieux des rencontres sous-marines. Enfin la paix profonde que procure la découverte de l’autre. A l’hôtel Santika où le confort y est absolu, son jardin luxuriant nous invite à mieux vivre nos rêves, avec une résonnance certaine dans le futur. Immersion sans complexe dans un monde de plaisirs. C’est bien cette impression agréable qu’offre à mon cerveau ce périple que d’autres ont déjà pu offrir. Et là est toute la compréhension du voyage ! Sous la surface, la nature y est à son aise. Elle semble encore indomptée, merveilleuse, comme un livre ouvert sur le beau. L’Indonésie déploie ses atours pour nous combler des plus beaux joyaux de la mer. Encensée par mes objectifs photo, l’eau n’a pour moi aucune censure. Elle s’offre impudique à ma mémoire. Ainsi, à chaque fois, je me souviens de mes premières bulles. Avec nostalgie, je vais saluer les poissons dans cet océan plus vaste que la terre et écouter les murmures de ce monde sous-marin. Passionnément. L’image d’un animal sous-marin se dessine alors dans mon esprit. Je me sens devenir poisson, avec des nageoires et des écailles. Ressentir l’océan, me fondre en lui. Avec l’envie de renouer ce qui, en moi, se souvient qu’avant d’être homme, j’étais une algue bleue… Et que toute vie provient de la mer. Le miracle du vrai.
 
l'indonésie    poisson indonésie    plongée indonésie    photo sous marine indonésie

Il est essentiel d’avoir des envies car elles sont les traits d’union entre le passé et le futur en apportant des solutions à notre présent. Quelquefois. Plonger, c’est comme rêver. C’est dialoguer avec notre créativité, favoriser la capacité à séparer le vrai du faux. L’air et l’eau. Le monde du dessus et celui du dessous. Le visible et l’invisible aux autres, aux non-initiés. Ici, je tente d’appliquer à mon appareil photo, les principes qui sont basés sur l’équilibre et l’harmonie entre terre et eau, les énergies qui nous animent en mêlant intimement le corps et l’esprit. Les images que mon Nikon rapporte de ses incursions sous-marines me semblent exceptionnelles. Peut-être la magie du lieu ? Sous l’eau, le bien-être c’est être bien. Avant tout. Mais la question est, selon Voutch : « Ne peut-on pas être un tout petit peu mieux ? ». Plus tard, devant le volcan Manado Tua qui se dessine au loin, les arbres semblent s’échapper pour caresser le ciel et tutoyer les quelques nuages, peu agressifs en cette saison. Comme dans un livre, la nature, les îles et les gens se profitent. Chaque page effeuillée est une découverte personnelle, voire une meilleure connaissance de l’autre. Donc de soi. J’essai constamment de garder mon âme d’enfant pour apprécier les spectacles de la vie. Maintenant, je jouis d’un camaïeu d’ocres alors que plus tôt je voyais des coraux aux couleurs vives. Le souffle du vent qui comble un peu le silence s’accorde au mieux aux lueurs crépusculaires. Les sept milliards d’étoiles commencent à ponctuer le ciel comme pour matérialiser le néant et peupler nos songes de rêves infinis. Je n’en compterai que très peu car mes yeux, pourtant avides de plaisirs simples, brillent déjà de toute la fatigue de la journée passée. Ou bien simplement de l’émotion ressentie à ces heures magiques : celles-là même qui filtrent les merveilles du lieu depuis le petit matin. Avec nostalgie, ma tête relit alors Antoine de Saint-Exupéry : « Quand tu regarderas dans le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire ! »

Le miracle du bonheur.

Ma peau, caressée par le soleil, s’apaise enfin comme l’océan immense qui se transforme en lac autour de Bunaken. Mes paupières lourdes rejoignent doucement mes joues.

Rideau.

Henri ESKENAZI
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site web
Droit de reproduction réservé - Copyright texte et photos Henri Eskenazi

>>> Pour toute information, devis...: utilisez notre formulaire gratuit en ligne...


INFORMATIONS PRATIQUES

Situation et hébergement:

Simone Gerritsen, fondatrice et responsable depuis 1996 du Thalassa Dive Resort, est une femme exceptionnelle. Non seulement elle gère de manière parfaite son centre de plongée mais en plus, elle le fait avec passion. Rien n’est laissé au hasard. La convivialité et l’accueil, propres il est vrai au peuple indonésien, sont magnifiés ici grâce à sa personnalité particulièrement attachante. De plus, elle s’occupe bénévolement de la formation plongée des nombreux enfants et adolescents d’une école, avec un enseignement sur l’écotourisme et la défense des valeurs d’un développement durable. Sa philosophie rejoint ainsi mes idées : Connaître, aimer, protéger. Une belle cause à soutenir ! Le cadre paradisiaque de l’hôtel Santika, le sourire et l’amabilité du personnel potentialisent cette impression positive d’un séjour plongée réussi. Et l’envie d’y revenir… Last but not least, Simone est photographe et, grâce à la bonne formation de ses guides, elle facilite au mieux notre activité afin de permettre de ramener les plus belles images possibles. Merci.

A voir et à faire:
  • Le village de Bunaken, sur l’île du même nom (scènes de vie, construction de bateaux).
  • Minahasa Highland Tour = 1 jour.
  • Bangka (2 heures de bateau, 3 plongées).
  • Lembeh (2 heures de voiture, 3 plongées) : « Muck dive ».
  • Les cascades de Kali et les singes Tarsius, si marrants avec leurs gros yeux ronds.
  • Le volcan Manado Tua pour les plus sportifs (3 heures).
  • Belles randonnées aquatiques possibles pour les non-plongeurs.
Petit lexique indonésien:
  • Bonjour (le matin) = Selamat pagi
  • Bonjour (l’après-midi) = Selamat datang
  • Merci = Terima kasih
  • Pas de quoi = Sama sama
Contact:

« Thalassa Dive Resort »
P.O. Box 1682 Manado 95016
Sulawesi Utara - INDONESIE
Tel : (+62)431 - 8850 230
Fax : (+62)431 – 8850 231
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Web : www.thalassa.net
« Venez comme un client… Partez comme un ami ! »

Remerciements :

Remerciements particuliers à:  Simone, James et Weidy.

Matériels de photo sous-marine :
« PHOTODENFERT »
6,rue Schoelcher – 75014 Paris
Tél. : 01 43 35 14 92
Internet : www.photo-denfert.com

Annuaire plongée
Vacances plongée

Plus de 300 voyages proposés par les voyagistes à découvrir !

Voir les offres...

Croisières et Séjours

matériels de plongée

Les incontournables

VOYAGES
Votre devis vacances plongée en ligne
MATERIELS
Votre devis achats matériels en ligne
ACTUALITÉS
Les dernières actus de la plongée
NEWSLETTER
Recevez par email les news mensuelles
EQUIPEMENTS
Un catalogue des matériels de plongée
DESTINATIONS
Pays et lieux où plonger
MEDIAS
Galeries de milliers de photos
Voyages plongée sous-marine